La population congolaise de Kasaï-Oriental face à la nuisance sanitaire due à la consommation de l’eau sale

Par asead

Dans les milieux ruraux de l’Afrique subsaharienne plus précisément en RDC dans le Kasaï-Oriental District de Tshilenge, les villageois eux-mêmes aménagent des sources à l’aide d’un demi-tonneau pour l’obtention de l’eau de boisson nuisible à la santé de toute une population de près de 2 000 personnes qui y habitent.

Cette eau tirée de la terre ne provient pas de la nappe phréatique ou de la source geyser mais plutôt de la première couche qui garde dans son tapis toute sorte de déchets liquide qui perce le sol entre autres l’eau des WC, l’eau des pluies, urines…

Dans ses travaux de recherches sur terrain pour le développement de l’Afrique et le bien-être de l’humanité, l’ASEAD a apporté une aide à cette partie de la population congolaise en mettant en place des projets d’aménagement des stations d’eau potable et de l’énergie électrique qui jusqu’à présent restent encore irréalisés par faute de financement capable d’exécuter sa mise en œuvre pour satisfaire les besoins primaires de toute cette population.